Température corporelle

Image manquante
Médecine.png
image:médecine.png

Médecine
Mise en garde médicale
Sciences fondamentales
Anatomie - Physiologie
Embryologie - Histologie
Génétique - Bioéthique
Biologie - Bactériologie
Histoire de la médecine
Pathologie
Symptômes - Syndromes
Santé - Maladies
Domaines d'étude
Médecine générale
Spécialités médicales
Spécialités chirurgicales
Spécialités techniques
Professions paramédicales
Thérapeutique
Médicaments
Pharmacologie
Dictionnaire médical
A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Méta
Le projet Médecine
Participez !

L’être humain est un organisme homéotherme, ce qui veut dire que sa température centrale reste fixe

Sommaire

Valeur de base

La température centrale usuelle du corps humain est de 37°C, soit 100°F. Les animaux ont une température basale différente selon l’espèce. Il s’agit d’une valeur au repos, un effort important et prolongé pouvant faire augmenter naturellement cette valeur.

Régulation

Des capteurs de température, situés dans le système nerveux central, analysent la température en permanence, et la comparent à une valeur de consigne.

Lorsque la température du corps est supérieure à la valeur de consigne, il y a transpiration, jusqu’à obtenir la valeur désirée grâce à l’évaporation (ce phénomène s’observe lorsque la température chute après une poussée de fièvre).

Lorsque la valeur est trop basse, il y a des frissons pour produire de l’énergie par contraction musculaire (ce phénomène s’observe lors des poussées de fièvre).

Variations

Lorsque cette température est trop élevée, par exemple à la suite d’une infection, on parle de fièvre ou d’hyperthermie (c’est un abus de langage de dire qu’on a de la température, puisque tout le monde a une certaine température). Cette fièvre apparaît lors d’un dérèglement du système de régulation de la température par changement de la valeur de consigne. La fièvre peut se soigner en luttant contre sa cause (traitement de l’infection), en agissant sur la grandeur de consigne (aspirine, paracétamol, etc.) ou en refroidissant le corps de l’extérieur (bains frais, glace, etc.).

Lorsque la température centrale est trop basse, on parle alors d’hypothermie. Cela peut être due à certains types d’infections ou à un refroidissement important ou prolongé.

Lorsque l’organisme n’arrive pas à compenser une variation de température imposée, il y a, selon le cas, coup de chaleur ou hypothermie, les deux pouvant être mortels à l’extrême.

Chez la femme en âge de procréer, la température matinale est un peu sous 37° en début de cycle, et passe brutalement au-dessus au moment de l’ovulation (décalage thermique). Ce phénomène est utilisé pour favoriser la grossesse ou à titre contraceptif.

Méthodes mesurer la température

La prise de la température est sujette à controverse, car la température de référence se situe au centre de l’organisme, endroit où il est difficile d’accéder. Dans ces conditions, on se contente de pis-aller, en prenant la température dans un endroit pas trop exposé à l’air ambiant, et, malgré tout, accessible. Ont été proposés :

Le thermomètre à mercure ayant été interdit il a été remplacé par des thermomètres électroniques, ou tympaniques à infrarouges.

See also: Température corporelle, Anatomie, Aspirine, Bactériologie, Biologie, Bioéthique, Contraception, Embryologie, Fièvre